• HISTORIKOA

                                                                                                                                                                                                           FR

    • Zer egin du kolektiboak orain arte?

    Kronologikoki urteka sailkatu ditugu ekimen edo gertakari garrantzitsuenak:

    2008 : herritar talde ttiki batek 2.etxebizitza eta etxe huts kopurua gelditu gabe emendatzen ari zela eta beste borroka tresnak agortzen ari zirela ikusita, erabaki zuen gai horren lantzen segitzea eta egoeraren salatzea.

    Herritarrak egoera horren jakinean ezarri nahi izan genituen. Hortarako, 2.etxebizitza eta etxe huts kopurua salatu nahi izan ginuen. Garaian, eskuratu ahal izan ginuen informazio "berriena" 2006 urteko bigarren egoitza eta etxe huts kopurua izan zen. Beraz zenbaki horrekin kanpaina bultzatu ginuen, 35 864 zenbakia adieraziz. Buruan ginuen, ondoko urteetako zenbakien bilakaera hurbiletik segitzea, salapen kanpaina horrekin norberaren kontzientzien atzartzeko.

     

    HISTORIKOA

    2009 : jende berri bat hurbildu zen eta kanpaina serioskiago landu ahal izan ginuen. Afitxak eta otokolanteekin komunikazioa segitu ginuen, eta asamblada bat antolatzen hasi ginen, deneri idekia, gure ezagutarazteko eta hobeki muntatzeko.



    2010 : martxoan "Lurra eta etxebizitza" kolektiboaren lehen asamblada iragan zen. Asamblada hortan, kolektiboa 3 ardatzetan banatu ginuen:

    - Olimpiadak egingo zituen taldea

    - Ekimenetaz eta diru bilketaz arduratuko zen talde bat

    - Informazio bilketa taldea

    Urte berean, Larrainen gertatzen ari zen lur salmenta batean gure jarrera entzunarazi ginuen eta egoera salatu nahi izan ginuen. Australian bizi zen Ziburutar batek Larrainen, mendian, ardientzat baliatzen zen borda bat erosi nahi izan zuen, argi utziz bost aldiz bere prezioa ordaintzeko prest zela. Ziburun manifa bat antolatu ginuen jaun horren etxe antzineraino, eta bertan desadostasuna erakutsi genion.

     

     

    Ondotikolimpiadak antolatu genituen Donibane Lohitzunen, joko absurdoen bidez espekulaziaren egoeraren salatzeko. Hortarako espekulatzaileek erabiltzen dituzten tresnak baliatu genituen, jostailu gisa. Ipar Euskal Herriko toki desberdinetako gazte asko bildu zen.



    2011: urte hura, pentsaketa urte luze bat izan zen, hobeki antolatzeko, eta aintzinerat joaiteko moldeari gogoetatzeko. Kolektiboak iñungo alderdiren pean egoitea erabaki zuen. Gure taldea ahal bezain zabala izatea zen gure nahia, ipar Euskal Herrian bizi den jende guziari idekia izanez. Orduan, beste asamblada bat egin ginuen, eta hiru taldeak batu genituen berriz. Beharra senditu ginuen, eta erabaki ginuen autoformakuntzari lehentasuna emaitea, lege eta lurralde antolaketari buruzko gutienezko ezagutzak sakontzea ezinbestekoa baitzen, horrelako problematikan lan eta implikatu egin nahi bagenuen.



    2012 : Naia, "Lurra eta etxebizitza" kolektiboko kidea atxilotua izan zen.

                

     

    Udan zehar, 5 ekimen antolatuak izan ziren, salaketen segitzeko:

    1) Espekulatzaileen lana salatzeko eta oztopatzeko nahiarekin, autokarabana bat antolatu ginuen Itsasutik Baionara, promotore handien publizitate panel handi horietan banderola bat ezarriz espekulazioaren kontra (promoteur = voleur).

    2) Miarritzen eta orokorkiago kostaldean jasaiten dugun egoera salatu nahi izan ginuen, hiriaren %40a bigarren etxebizitzaz osatua baita! Hortarako, bakantzetan, karriketan eta hondartzan promenan zen jende numbre haundiaz baliatu nahi izan ginuen, trakta banaketa bat egiteko eta banderola bat ezarriz harroketan, beti ere salaketa eta informatze desmartxa horretan.

    3) Saran etxe hutsen problematika salatu nahi izan ginuen . Horretarako, herri erdian dagoen etxe bat hautatu ginuen, 40 urte baino gehiago hutsa eta hetsia atxikia izan dena, sinbolikoki etxe horren ateak irekiz, eta karrikan pasatzen zen jendeari bisitaaraziz.

    4) Itsasun, bigarren egoitza bat duen, jabe batekin harremanetan sartzea saiatu ginen, harekin mintzatzeko asmoarekin. Gure helburua, ikuspunduen trukatzea zen, halanola informatu eta ohartarazi nahi izan ginuen, ohargabean, bigarren etxebizitzek herriari eragiten zuten kalteaz, bizi toki bat kenduz eta herriko bizi kultural, ekonomiko eta sozialean parte hartu gabe gainera.

    5) Lurraren kudeaketa txarra salatu nahi izan ginuen Basusarriko Makila golfean, sinbolikoki hein bateko jende sosdunen aisialdietariko bat adierazten baitu. Horrelako aisialdiek, ekonomikoki eta ekologikoki ere ondorio asko dakarte lurraldeari, adibidez, eliteko kirol bat izanki, inguruetan dauden lurren prezioengan eragiten duen emendaketa nabarigarria da.



     

    Uda bukatu eta, prentsaurrekoa burutu genuen ekimenen bilana eginez.

    Bukatzeko, urtean zehar idatzitako txosten bat plazaratu ginuen, ipar Euskal Herriko azken 30 urteen bilakaera adierazten duena, arlo nagusietan: lana, biztanleria eta etxebizitza, etxe hutsen egoera ardatz nagusi gisa atxikiz.

    Txosten hori ipar Euskal Herrian bizi diren pertsona famatuei igorri ginuen, baita hemengo 50 enpresa buruei, alderdi politiko guziei eta herriko etxeei, bakotxak bere influentziaz joka dezan. Herriko etxeei igorri dugu, gaitasun asko dituztelako, baina ere 2014ko hauteskundeak hurbiltzen direlakoan, gai horri lot ditezen!

    Prentsaurreko baten bidez, 2012ko abenduan eman genuen Txostenaren berri.



    2013 : txostena eta 43 882 zenbaki berriaren inguruan, lana segitzen dugu. Gaztetxe guzien itzulia egin dugu txostena aurkezteko eta haien laguntzaz eskertzeko.

    Apirilean, asamblada bat konbokatu genuen eta 60 bat lagun bildu ginen. Gaurko egoeraren aurrean, salaketa lana segitzea adostu zen, baina baita ere, eragile talde zabal baten sorkuntza bultzatzea, tokiko egiturak, elkarteak, sindikatak, plataformak...topatuz, haiekin harremanetan sartuz eta ideiak trukatuz, elgarrekin ze egiten ahal den pentsatzeko.

    KASU KASU! 2013ko UDAko EKIMENAK HELDU DIRA!!

    Uztailaren 6an AUTOKARABANA MAULETIK DONIBANE LOHIZUNERA!

     

     

                                                                                                                                                                                                   

     

     § Quelles actions a mené le collectif jusqu’à présent ?

     

             

    2008 : un petit groupe de jeunes, faisant le triste constat des chiffres toujours en hausse de maisons vides et secondaires, s’était rassemblé pour réfléchir à une façon d’agir. Faisant aussi le constat que les moyens de lutte utilisés précédemment nous démontraient leurs limites, nous nous étions fixés comme objectif de donner suite à ce combat, de continuer un travail de dénonciation, tout en cherchant de nouveaux outils.

            Pour commencer, nous avions donc repris ce travail de dénonciation, en  nous servant des données publiées les plus récentes auxquelles nous avions accès : le nombre de résidences secondaires et maisons vides comptabilisées en 2006 : 35 864 ! C’est en diffusant ce chiffre que nous avons entamé une campagne d’information et d’interpellation des habitants.

    2009 : de nouvelles personnes avaient rejoint le collectif, et la campagne avait pu être menée de façon plus travaillée et plus organisée. En nous munissant d’autocollants et d’affiches, nous avions pu mener à bien cette opération d’information de la population, et nous avions enchaîné sur l’organisation d’une assemblée ouverte à tout le monde, pour nous présenter et nous faire connaître auprès de ceux qui souhaitaient simplement se renseigner ou bien participer activement à défendre les causes que nous présentions.

     

    2010 : en mars, la 1ère assemblée avait donc eu lieu, et nous avions partagé notre action en 3 thèmes, et donc, en 3 sous groupes :

    - l’organisation des Olympiades

    - un groupe chargé de collecter des fonds financiers et de penser les actions

    - un groupe chargé de la collecte d’informations et de la communication

     

              Au cours de l’année, nous avions été interpellés par une vente de terrain qui se déroulait à Larrau, et nous avions tenu à faire savoir notre opposition. En effet, un Ziburutar qui habitait en Australie, souhaitait acquérir une bergerie, qui servait à un berger et un troupeau, 5 fois sa valeur estimée. Nous avions donc organisé une manifestation à Ciboure, qui se terminait devant la maison de l’acheteur potentiel, pour lui montrer notre désaccord.

     

              Ensuite, nous avions aussi organisé les Olympiades à Saint Jean de Luz, où le but était de dénoncer la spéculation immobilière aux moyens de jeux « absurdes ». Pour cela, nous nous étions servis des outils de travail des spéculateurs (prospectus en tous genres etc.) pour organiser des épreuves de jeux ironiques.

     

    2011 : cette année là a été marqué par une profonde réflexion, où nous avons passé en revue toute l’organisation, les objectifs, les priorités du collectif ainsi que la façon d’y arriver. Nous nous étions accordés sur le fait que le groupe devait rester indépendant des partis, que nous devions pouvoir nous autogérer, pour pouvoir rester le plus ouvert possible. Nous avions donc organisé une nouvelle assemblée ouverte et nous avons réunis les 3 groupes en un seul, pour revoir nos orientations. Nous avions ressenti le besoin de nous former davantage sur le vaste sujet du logement et de la gestion des terres, mais surtout, le besoin de nous autoformer. Il nous semblait nécessaire de devoir nous spécialiser et nous instruire sur les politiques et le fonctionnement public qui gèrent l’immobilier et le foncier, si nous voulions nous inscrire et nous impliquer dans une telle problématique.

     

    2012 : Naia, membre de notre collectif « Lurra eta etxebizitza » avait été arrêtée.

     

    Durant l’été 2012, nous avions mené 5 actions « coup de poing » pour continuer le travail de dénonciation :

     

    1) Nous avons voulu dénoncer la spéculation immobilière qui sévit même sur la zone intermédiaire, nous avons donc organisé une opération « escargot »  allant d’Itxassou jusqu’à Bayonne, en recouvrant tous les grands panneaux publicitaires que nous avons rencontré sur la route, avec des banderoles mentionnant « Promoteurs = voleurs ! »

     

    2) Nous nous sommes ensuite attaqué au problème des résidences secondaires en ciblant la ville de Biarritz, mais en précisant que la situation concerne un bon nombre de villes du littoral. Nous avions profité du grand nombre de promeneurs et vacanciers estivants, qui déambulaient dans la rue, pour organiser une distribution de tracts et déplier une banderole sur les rochers. La démarche était l’information et l’interpellation des personnes présentes, pour éveiller les consciences sur une situation qu’on peut qualifier de critique : 40 % de la ville est composé de résidences secondaires !

     

    3) Nous avions ensuite organisé une action pour mettre au jour le problème des maisons vides, délaissées par leurs propriétaires depuis des dizaines d’années, que l’ont rencontre majoritairement sur la zone intérieure. Cette action avait donc été menée à Sare. Pour cela, nous avions pris à parti une maison abandonnée et fermée depuis plus de 40 ans, qui se situe au bourg, et nous l’avions symboliquement ouvert pour la journée, en y organisant des visites improvisées de passants curieux.

     

    4) A Itxassou, nous avions tenté d’entrer en relation avec le propriétaire d’une maison secondaire, car nous souhaitions échanger nos points de vues avec lui, sur les conséquences des résidences secondaires sur la vie au sein de village, surtout quand les maîtres des lieux font le choix de ne pas participer à la vie sociale, culturelle et économique locale.

     

    5) Enfin, nous avons tenu à dénoncer la mauvaise gestion des terres, en ciblant un symbole du décalage de l’accessibilité des terres avec le simple habitant, ainsi que le décalage des préoccupations écologiques du résident responsable, en allant au Golf Makila de Bassussary. En plus d’être un loisir qui attire une clientèle d’un certain milieu plutôt aisé, les conséquences écologiques et économiques nous paraissent évidentes (par exemple, la hausse des prix des terrains alentours, prisés par une certaine clientèle….).

     

              Pour finir, tout au long de l’année, nous nous sommes investis à rédiger un compte rendu de l’évolution socio économique des 30 dernières années au Pays Basque nord, ainsi que ses conséquences sur l’évolution du parc immobilier et de ses prix, dossier désormais téléchargeable sur notre site. La trame de fond, restant toujours, la situation inquiétante du logement inocuppé.

     

              Ce dossier là, nous l’avons envoyé à toutes les mairies, les partis politiques, les structures qui œuvrent dans ce domaine là, aux 50 plus grands chefs d’entreprises du coin, ainsi qu’aux personnalités qui résident (même pour seulement quelques mois) au Pays Basque nord, pour que chacun puisse jouer de son influence. Nous avons particulièrement ciblé les mairies, car les municipales approchants à grands pas, nous avons voulu qu’ils s’attellent au domaine du logement inoccupé.

     

    2013 : nous continuons sur notre voie avec comme nouveaux outils entre les mains, ce dossier dont nous venons de parler, ainsi qu’un récent chiffre (toujours en hausse, comme nous pouvons nous en douter) : 43 769. Nous appréhendons celui qui va sortir à la rentrée prochaine, qui va certainement passer la barre des 50 000 …

    Nous avons été présenter notre dossier à tous les Gaztetxe qui nous ont aidé d’une manière ou d’une autre, et nous en avons profité pour les remercier. Nous continuons d’aller à la rencontre d’acteurs locaux pour dialoguer, échanger nos points de vue sur le domaine du logement.

              En avril, nous avons convoqué une assemblée où se sont réunies 60 personnes et où il a été décidé de poursuivre l’information et la dénonciation, mais aussi, de rassembler nos efforts pour inciter la création d’un large groupement d’acteurs. Pour cela, nous allons à la rencontre de structures locales existantes, d’associations, de syndicats, de groupements ou plateformes, avec l’intention de promouvoir un travail collégial, ouvert, cohérent, et répondant aux besoins du territoire, ce qui serait un réel outil de réappropriation de la gestion des terres et du logement, tout en limitant la spéculation immobilière.      

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :